Bronzes Animalia

Isidore Jules Bonheur

(1827 - 1901)

Issu d’une famille d’artistes, Isidore est le frère de Rosa Bonheur et le fils du peintre Raymond Bonheur. Il manifesta un talent précoce pour le dessin et la sculpture dès le début de sa formation au sein de l’atelier familial. Par la suite, il intégra l’Ecole des Beaux Arts. Sculpteur animalier avant tout, son œuvre n’est toutefois pas dépourvu de figures humaines, avec un grand nombre de bronzes figurant des cavaliers. 

Au Salon de 1848, Isidore Bonheur présenta un plâtre, représentant un Cavalier africain attaqué par un lion, ainsi qu’une peinture du même sujet. 

Ses œuvres s’attachent à illustrer le monde animal à travers une grande diversité d’espèces. Il excelle dans la représentation des animaux d’Afrique et dans les sujets orientalistes. 

Lors du Salon de 1869, il exposa des Taureaux commandés pour les jardins du palais du sultan Abdul Aziz à Constantinople. Au cours des expositions suivantes, notamment l’Exposition universelle de 1889, ses Jockey connurent un grand succès, faisant écho aux œuvres de Degas à la même époque. Il reçut des commandes publiques et collabora avec son beau-frère, Hippolyte Peyrol, principal fondeur de ses bronzes et des sculptures de sa Rosa Bonheur.

Littérature

– J.-C. Hachet, Dictionnaire illustré des sculpteurs animaliers & fondeurs de l’Antiquité à nos jours, Paris : Argusvalentines, volume I, 2005, p. 210. 

– P. Kjellberg, Les bronzes du XIXe siècle : Dictionnaire des sculpteurs, Paris : Les éditions de l’amateur, 1996, pp. 101 – 106.


Œuvres disponibles

Œuvres vendues

Lionne à la rivière

Gladiateur, vainqueur du Derby d'Epsom de 1865