Bronzes Animalia

Isidore Bonheur

(1827 - 1901)

Gladiateur, vainqueur du Derby d'Epsom de 1865

Bronze à patine brune nuancée

H. : 33,5 cm ; L. (terrasse) : 32,5 cm ; P. (terrasse) : 13,5 cm

Signé «I. BONHEUR»

Marque de fondeur et cachet du Comptoir français d’Art

Vers 1924 – 1928

 

Ce bronze reprend le modèle du portrait de Gladiateur qui orne l’entrée de l’hippodrome de Longchamp à Paris, installée en 1866. 

Gladiateur est né en 1862 au haras de Dangu, chez le comte de Lagrange. Il fut entraîné par Tom Jennings et était monté par le jockey Henri Grimshaw. Il est le premier cheval issu de l’élevage français à avoir gagné le Derby d’Epsom. 

Eugène Chapus nous a laissé un témoignage aussi précis que vivant du Derby d’Epsom de 1865. Les derniers instants de la course sont décris comme suit : « Vertugadin et Tourmalet faisant toujours un jeu désespéré, prenaient une avance considérable et arrivaient entre les deux derniers tournants, sans que rien annonçât que cette position dût se modifier. Gladiateur, toujours calme et tranquille, paraissait ignorer que deux de ses adversaires étaient à vingt longueurs devant lui : une poignante émotion a dû s’emparer de son propriétaire (…). Enfin une clameur immense annonça qu’en arrivant dans la ligne droite un changement grave se produisait dans l’ordre des concurrents : effectivement, sans même faire un effort, Gladiateur, en trois bonds, dépassait tous ses adversaires ; les autres paraissaient immobilisés par une baguette magique à la place où ils se trouvaient ; jamais nous n’avions vu un cheval couvrir un aussi prodigieux espace, et se porter aussi loin à chacun de ses bonds, avec une aussi merveilleuse facilité. En le regardant, on reste confondu d’une puissance si extraordinaire » (1865, pp. 143 – 144).

Le Comptoir français d’Art, qui est à l’origine de cette fonte, a longtemps travaillé avec la maison Peyrol, avant d’en acquérir l’atelier et les droits vers 1927. Nous retrouvons des traces de cette collaboration entre les deux maisons dès 1924, notamment dans des encarts publicitaires mettant en avant les noms de Rosa et Isidore Bonheur (« The Chicago Tribune », 1924 ; « Le Gaulois », 1925 ; « Excelsior : journal illustré quotidien », 1928).

 

Bibliographie

– Eugène Chapus, Epsom, Chantilly, Bade, Paris : E. Dentu, librairie-éditeur, 1865.



Information et demande de prix