Bronzes Animalia

Arthur du Passage

(1838 - 1909)

Engagé dans une carrière militaire, Arthur du Passage se forma à la sculpture en parallèle, dans les ateliers de Barye et Mêne. Il était sous-lieutenant à Maubeuge mais une mauvaise chute de cheval le contraignit à renoncer à l’Armée. Il se retira dans son château à Frohen-le-Grand et se consacra alors entièrement à son art. En 1865, il exposa pour la première fois au Salon et présenta un modèle en cire, intitulé La mort du chevreuil. Arthur du Passage exposa ensuite régulièrement au Salon, jusqu’en 1893. Ses œuvres sont appréciées pour leur finesse, leur élégance, avec un rendu réaliste et des compositions toujours très équilibrées. Parmi ses œuvres les plus connues, nous pouvons citer : le Cheval à l’entrainement avec son lad, le Contrebandier (Salon de 1870) et le Piqueur.

Proche de Henri de Toulouse-Lautrec et René Princeteau, dont il fréquentait également l’atelier, Arthur du Passage partageait avec eux l’amour des chevaux et en fit son sujet de prédilection. 

Au début de sa carrière, il signait ses sculptures «A du Passage» ou «AP». En 1872, il devint comte et signa dès lors ses sculptures « Cte du Passage ». Son jeune frère, Charles Marie du Passage, était également sculpteur et la plupart de ses bronzes représentent des scènes de chasse. Nous connaissons par ailleurs quelques sculptures d’Édouard Guy du Passage, fils de Arthur du Passage, bien que son Œuvre soit principalement consacrée à la peinture. Ces trois artistes ont souvent été confondus et certains bronzes sont encore régulièrement attribués à tort.

Littérature

– J.C. Hachet, Dictionnaire illustré des sculpteurs animaliers & fondeurs de l’Antiquité à nos jours, Paris : Argusvalentines, volume I, 2005, pp. 500 – 501.

– P. Kjellberg, Les bronze du XIXe siècle : Dictionnaire des sculpteurs, Paris : Les éditions de l’amateur, 1996, pp. 530 – 533.

 

 

Œuvres vendues

Cheval à l'entrainement avec son lad

Lièvre courant